Il y a des histoires qui finissent mal mais je pense qu'aujourd'hui j'épargnerai les âmes sensibles. Même si d'aucunes n'hésitent pas à nous montrer ce que peuvent devenir les cousettes passé le stade de l'exposition blogguesque.

Pourtant ça commençait bien, un petit mètre d'étamine de laine écrue, rentabilisée jusqu'au dernier centimètre pour y couper un top loose :

 

DSCF7250

 

T-shirt manches longues, patron maison bien bien tassé dans mon mètre d'étamine. Un corps ample et des manches overlongues bien étroites pour tenir au poignet et ne pas baigner dans la soupe.

Légère et chaude, impeccable pour l'hiver.

 

DSCF7253DSCF7251DSCF7252DSCF7254

 

Elle venait parfaitement s'assortir à l'écru grisé de cette jupe :

 

DSCF7203

 

Jupe reptilienne, patron Midinette de Aime comme Marie, brocart texturé reptilien à l'envers duveteux (ebay), parementure en liberty (? help pour le nom !!). Zip invisible sur le côté plutôt que l'ouverture très visible du milieu dos.

 

DSCF7205DSCF7209DSCF7208DSCF7210

 

Le shooting est bref et relativement médiocre, mon photographe étant encore court sur pattes et ayant la gâchette tremblante :

 

DSCF7709

 

Le mot de la fin c'est que j'ai zappé au premier lavage que mon étamine de laine était de la laine !! Elle avait très bien vécu le pré lavage avant couture en cycle laine. Le cycle "délicat" l'a incommodée, c'est le moins qu'on puisse dire. Je n'ai plus qu'à recouper les manches pour léguer mon joli top à ma poulette de 7 ans ;-)...